Les libraires aussi parlent du roman de Cali

Le 08 février 2018

« Bouleversant. C’est un petit garcon qui parle, un petit garçon qui a perdu sa maman, qu on essaie de préserver et qui, à force de ne pas savoir comment dire sa peine, ni même s’il le peut, colle ses bouts de larmes, de rage, de sourires, de culpabilité, d’envie de vivre et de certitude que ça ne dure pas, de mourir aussi. Avec ses mots à lui. Inouïs de justesse, de sensibilité, de poésie… Un texte d amour fou, flamboyant, infini, dépouillé, unique, comme cette émotion qu’on s’interdit de revivre parce qu’on n’en a jamais fait le deuil. »

Caroline Kuntz, Librairie de Deauville, Jusqu’aux lueurs de l’aube